Nous nous sommes lancé ce défi il y a maintenant 3 ans, devenir minimaliste à tendance zéro déchet et être le plus autonome possible au niveau de l’alimentation. Bien que pour la partie minimalisme et zéro déchet, nous n’avons réellement commencé qu’il y a 2 ans, et nous sommes toujours sur le chemin de ce nouvel art de vivre.

MINIMALISME À TENDANCE ZÉRO DÉCHET, NE SERAIT-CE PAS PLUTÔT LA RECHERCHE DU BONHEUR EN VIVANT MIEUX EN AYANT MOINS ?

 

Cette philosophie de vie minimaliste a bien évolué dans ma tête. Au départ nous étions un peu comme tout le monde, c’était devenu à la mode, on en entendait parler un peu partout (dans la presse, les médias TV et sur les réseaux sociaux). L’envie d’agir davantage pour notre environnement que juste le fait de manger bio. Les premières semaines nous étions pleins d’entrain, beaucoup de choses ont changé à la maison grâce à cela, puis cette envie s’est estompée avec l’arrivée de notre petite Angélique, faut dire que je n’avais plus vraiment le temps de tout faire maison. Parce-que oui, soyons honnête être zéro déchet et donc fabriquer ses produits soi-même ça prend du temps, entre faire ses cosmétiques maison, les produits d’entretien et la cuisine pour arrêter d’acheter des plats tout prêts, ça ne se fait pas d’un claquement de doigts.

Cependant, ces quelques mois m’ont permis de comprendre certaines choses, comme le fait de ne pas se jeter à corps perdu dans un challenge si important pour nous comme pour la planète. Moi qui adore les décorations bohèmes, je ne sais pas si vous imaginez ce que cela implique dans une maison, c’est une décoration colorée, chargée qui met de la joie et de la gaieté dans la maison, tandis que le minimalisme est un style de décoration plutôt dans les notes blanches, des meubles beige ou gris, très très peu voire pas du temps de décoration. Le style de déco que je n’aurai jamais imaginé apprécier un jour.

Et pourtant, ces dernières semaines je me suis mise à tout sortir des placards, tout nettoyer à fond puis ranger juste le strict nécessaire. Et s’est fou le bien que ça fait de voir sa maison qui petit à petit se transforme, se désencombre. Je fais cela un peu chaque jour selon mon humeur, mon envie du moment. Et s’est fou le bien que cela fait, tout est rangé, je gagne un temps énorme dans le rangement et le nettoyage, pour la poussière j’ai juste une éponge à passer et s’est fini.

Un autre avantage est le fait qu’à présent j’ai moins peur de partir de la maison vide, car au fil de mes rangements, elle se vide et nous n’avons quasiment plus d’objets de valeurs. Nous avons tout donné à la famille ou à des associations (Emmaüs principalement, la SPA pour les affaires des animaux, couverture, etc..).

Ma conclusion

Prenez votre temps pour aller dans la démarche de vivre en mode minimaliste et zéro déchet.

Avancez pas à pas, n’allez pas trop vite au risque d’abandonner.

Écoutez-vous !

 

Voici mes dernières vidéos sur le sujet, bien d’autres sont à venir alors n’hésiter pas à vous abonner et à cliquer sur la petite cloche pour recevoir une invitation pour regarder la dernière vidéo mise en ligne.

 

COMMENT DEVENIR MINIMALISTE ET ZÉRO DÉCHET ?

Voici ce que nous avons mis en place pour le moment :

  • nous récupérons l’eau (l’eau froide lorsqu’on allume la douche, lorsqu’on se lave les mains, lorsqu’on rince nos assiettes, etc..) dans un seau que l’on utilise pour replacer la chasse d’eau ;
  • tout ce qui est compostable part au compost, que nous utilisons à l’automne comme paillage du potager l’hiver ;
  • nous achetons tout ce que nous pouvons en vrac, ce que nous ne trouvons pas nous achetons si possible dans un emballage en carton, on essaye de limiter au maximum les emballages plastiques on d’ailleurs arrêter de consommer beaucoup d’aliments à cause du plastique ;
  • nous avons revendu notre deuxième voiture pour n’en garder qu’une que l’on utilise uniquement pour faire les courses ou lorsque l’on doit partir loin, moi je travaille à la maison donc pas de soucis, mon mari quand à lui prend le train puis marche pour aller au travail.

Je vous invite à suivre ma chaîne YouTube pour découvrir visuellement tout ce que nous mettons en place ;-

SEMI-AUTONOMIE ALIMENTAIRE, COMMENT FAIRE ?

 

Chaque année nous avançons dans l’aménagement de notre potager en permaculture. Bien que le terrain soit en mode « biologique » depuis que j’habite dans cette maison, c’est-à-dire depuis 2008. L’avancée vers cet objectif plutôt récent d’être autonome au niveau des légumes et des fruits, ne date que de 3 ans.

Voici ce que nous avons mis en place :

  • Nous avons enlevé la majorité des arbres qui ne sont pas utiles pour notre autonomie telle que les thuyas, le bouleau (allergène) ;
  • nous avons planté des arbres fruitiers, arbustes fruitiers, ainsi que des arbres pour les abeilles, papillons ;
  • Nous avons agrandi la partie potagère pour arriver à une surface équivalente à la moitié de notre terrain, soit environ 4 ares pour une famille de 3 ;
  • Un bassin a été mis en place pour récupérer l’eau de pluie que nous utilisons ensuite pour arroser le potager et les plantes.

De beaux projets sont encore à venir, il faut du temps pour que tout se mette en place. Depuis la création de ce potager en permaculture et biodynamie, et notre petite agroforesterie, nous faisons de grandes économies, nous mangeons nos propres légumes une bonne partie de l’année (frais, congelé, conserve et confitures, le tout fait maison bien sûr pour notre plus grand bonheur et plaisir gustatif). Bientôt de nouvelles vidéos vous montreront nos progrès, nos essais, nos erreurs aussi, car il y en a, mais gardez à l’esprit que c’est ainsi que l’on apprend.

Pin It on Pinterest

Share This